Guitare folk

Le guitariste débutant (ainsi que les parents qui l’accompagne) est habité par l’image qu’il se fait de la pratique de cet instrument comme étant directe et immédiate, avec une image sonore qui se réfère à un bagage culturel différent de ce qui va lui être proposé dans une classe de guitare classique.

L'apprentissage de la guitare deux partis pris

Partant de ce « malentendu », deux partis pris semblent parfois se placer en opposition.

  • Celui de proposer à l’enfant (et/ou le débutant) ce à quoi il s’attendait en lui montrant une série d’accords couramment utilisés avec une rythmique main droite rapidement abordable pour qu’il s’accompagne tant bien que mal sur une chanson qu’il a déjà entendu et/ou en lui apprenant à lire une tablature pour qu’il s’essaie de façon hasardeuse à jouer une mélodie connue.

On pourrai dire que cette démarche est respectueuse des références culturelles de l’enfant et de son environnement proche et se base sur un acquis sensoriel de sa mémoire auditive. Pourtant c’est une démarche pédagogique qui néglige totalement la posture, le placement des mains et les modes de jeux, un ensemble de savoir-faire qu’il est nécessaire de développer en amont pour parvenir à une réalisation correcte.

  • Ou bien celui plus délicat de dire que ce dont l’enfant rêve (et bien souvent aussi ses parents) ne sera pas possible dans l’immédiat parce qu’il faudrat d’abord apprendre à se placer, à lire la musique et à développer des gestes correctement réalisés sur l’instrument grâce à un répertoire de musique classique permettant une évolution plus adapté, plus progressive et mieux aboutis pendant un certain nombre d’années avant d’envisager aborder d’autres styles de musique, le tout en se basant sur des références culturelles complètement différentes et nouvelles qui ne sont pas à l’origine de la démarche de l’élève.

 Et entre ces deux partis pris à l’extrême opposé il existe toutes sortes de variables qui se rapprochent soit de l’un, soit de l’autre et qui est bien souvent proportionnel à l’histoire et l’approche de l’instrument de celui qui l’enseigne et en joue si tant est que ça soit encore le cas en conséquence de quoi leur enseignement ne se baserait plus que sur le vague souvenir qu’il a gardé de sa propre pratique instrumentale.

En ce qui me concerne je pense qu’il est intéressant de s’appuyer sur la logique évolutive des gestes instrumentaux du répertoire classique tout en trouvant des morceaux ludiques et attractifs qui les utilises pour que les élèves puissent bénéficier d’un marquage correspondant à leurs références culturelles qui va leur donner des repères dans leur évolution et donc nourrir leur motivation. A l’inverse je peux aussi me servir de mon jeu en accords d’accompagnement pour trouver des passerelles dans mon enseignement qui me permettrons d’attirer les guitaristes qui ont déjà cette pratique et de les inciter à s’orienter vers le répertoire classique en s’appuyant sur celui ci pour rectifier leur posture et leur jeu instrumental.

Transmettre ma culture musicale

D’autre part, il m’est apparu très tôt comme indispensable de ne pas me contenter uniquement d’effectuer mes cours de guitare. Il me semble important aussi de faire en sorte que ma démarche, qui consiste à transmettre un savoir faire instrumental et musical, s’inscrive dans des références culturelles qui y correspondent et qu’il est de ma responsabilité d’apporter aux élèves. D’abord en continuant de perfectionner mon jeu dans ma propre pratique de l’instrument, tout en veillant à continuer de jouer régulièrement en public, mais aussi en faisant venir des concertistes à l’endroit où habitent les élèves dont je m’occupe pour faire rayonner la guitare classique sur le territoire où ils résident avant de les inciter à en découvrir d’autres ailleurs. Ou de proposer aux élèves d’aller à des concerts de guitare classique organisés par d’autres structures.

Pour finir, il me semble indispensable aussi de travailler en collaboration avec des professeurs et d’autres établissements que celui où j’exerce aux travers de stages par exemple et/ou de concerts et projets communs. Le tout dans le but de placer les enfants dans un bain culturel qu’ils ne connaissent pas ou peu auquel ils vont pouvoir se référer, tout en nourrissant leur envie de pratiquer la guitare en ce sens les enfants procédant généralement par identification et imitation.